↳ENGLISH
« 1 2

After The Rain : captation, traitements, écoute

Cet album a été enregistré et mixé au Studio du Moulin à Montcabrier (31 FRANCE) par Jérôme Cotte. L'idée en est venu à Thomas début 2020, pendant qu'il était confiné à Toulouse.

Extrait des notes de pochette de l'édition CD, sorti le 21 mai 2021 : Inspiré d'un morceau de John Coltrane, cet album conçu et enregistré en 2020 explore les sentiments d'une époque troublée, de l'inquiétude à l'espoir en passant par la nostalgie et la prière. Résolument tourné vers l’avenir, Thomas Schirmann passe de l'ombre à la lumière en rendant hommage à ses maîtres, Michel Petrucciani et Oscar Peterson, mais aussi Alain Jean-Marie et Michel Graillier. La vie est belle, "after the rain".

disposition des micros

Cette image, extraite d'une vidéo de la captation montre le positionnement des micros : deux Neumann U47 en X/Y pour couple principal stéréo et en appoint, deux B&O Beomic BM3 de part et d'autre du piano et un Neumann U47 à l'avant.

la chaîne de traitement

Yamaha C5 piano demi queue
   ⬇︎︎
 
microphone x5
⬇︎⬇︎⬇︎⬇︎⬇︎
 
Studer 369 tranche de console préampli x5
⬇︎⬇︎⬇︎⬇︎⬇︎
 
ADI A/D conversion x5
⬇︎⬇︎⬇︎⬇︎⬇︎
 
Protools mixage stéréo
︎  ⬇︎⬇︎
 
Manley Massive Passive égaliseur
︎  ⬇︎⬇︎
 
Neve 2254 compresseur (taux =0)
︎  ⬇︎⬇︎
 
ADI D/A conversion x2
︎  ⬇︎⬇︎
 
Protools finalisation
︎  ⬇︎⬇︎
 
mix stéréo

impressions d'écoute

Ma première écoute de ce disque remonte à août 2021 quand Thomas est passé à la maison, il voulait entendre sur mon système son CD nouvellement publié. Suite à la décision a été prise de lancer ce projet, on s'est rendu au Studio du Moulin à la rencotre de Jérôme, une démarche nécessaire pour moi, pour prendre appréhender le contexte dans lequel a été élaboré cet album.

au Studio du Moulin

Le studio est constitué de cinq cabines indépendantes, construites sur le principe de la boîte dans la boîte.
Au début de la visite, Jérôme joue quelques notes sur le piano (ça constituera un point de repère pour la suite).
A la régie, on écoute quelques extraits, sur les grandes enceintes de contrôle : une paire de Genelec 1038A + sub 7070. Ma première impression est que ça sonne moins brillant que l'écoute directe dans la cabine, mais il faut savoir que le piano était rangé contre le mur et Jérôme n'avait joué brièvement que quelques notes.
On passe ensuite à une comparaison entre le mix à 32/88,2 et sa réduction à 16/44,1. Le message musical paraît identique, une différence ténue est perceptible. En 32/88,2, il y a plus d'air autour du piano, l'arrière plan est plus compact et plus proche en 16/44,1, plus artificiel aussi.

sur des VOTT

Retour sur mon système à la maison, l'écoute comparée du mix et du CD montre que le mastering CD n'a pas été un massacre. Il reste très proche du mix mais ça joue un peu plus fort, preuve qu'une légère compression a été appliquée.

sur des WE15A et des Tannoy

Une troisième séquence a lieu chez Dominique, sur son système à base de WE15A, pour une écoute comparée du mix en 32/88,2 et 16/44,1. On est d'accord pour constater une meilleure définition en 32/88,2, mais sur certains titres, Dominique s'étonne de préférer la version 16/44,1, plus de vie autour du piano.

On a aussi écouté sur les deux paires de Tannoy (Berkeley et Lancaster) que Dominique a restaurées. Étonnamment, le 16/44,1 est plus plaisant à l'oreille que le 32/88,2.

« 1 2